Une porte ouverte, celle de l’écoute attentive !

Bonjour à toutes,

Bonjour à tous,

Nous sommes à quelques jours de Noël, certes, mais… j’ai  décidé que je ne vous entretiendrai pas du 21 décembre !   Non, en vérité, aujourd’hui, je préfère plutôt vous faire part de mes réflexions concernant les personnes qui me contactent.

En effet, que cela soit sur les réseaux sociaux, sur mon blog ‘LUEUR’ ou encore sur ma messagerie personnelle, force m’est de constater une certaine et palpable tristesse, voire une tristesse émanant de ces personnes.  Cela m’interroge, surtout en ces périodes qui préfigurent les fêtes de Noël et où la joie semblerait plus appropriée…

Qu’en est-il vraiment ?  Pour ne parler que de ma propre expérience, j’ai souvent affaire à des personnes qui, avant de me contacter, se sont au préalable tournées vers d’autres thérapeutes qui ne leur ont pas apportées les réponses, – ou des semblants de piste -, pour les aider comme il se doit…

Toutefois, il ne m’appartient pas de disserter sur le sérieux de ces thérapeutes, tant est le grand respect que j’ai de mes consoeurs et confrères.  Personnellement, ce qui est notable pour moi, c’est le désarroi que je ressens lorsque ces personnes me contactent, surtout en ces temps difficiles pour tous…

Mon ‘devoir’ est de me mettre ‘au service’ des personnes qui sollicitent mon aide et  à partir du moment où j’entre dans la relation, je mets tout mon savoir-faire et toute mes connaissances à leur disposition.

Avant tout, je me pose, comme toujours, quelques questions !

En vérité, je remarque que c’est bien souvent par un fait peu ordinaire que j’ entre en contact avec ces personnes.  Pour illustrer mon propos, dernièrement, une femme, se connecte à un réseau social et parmi  un certain nombre de noms découvre le mien et me contacte.  De toute bonne foi, elle ne pensait pas se mettre en rapport avec un thérapeute, et, de surcroît, sur un réseau social !  Pourquoi est-ce moi qu’elle a choisi ? Je m’interroge…

J’ai pour principe de toujours répondre par l’affirmative à une demande car sinon je saurai aussi désappointé que ces personnes  et cela ne me mettrait pas au service de mon prochain(e).  En fait, j’accepte d’emblée, et, sachant que dans l’absolu le temps ne compte pas, je me mets alors tout de suite à leur ‘service’.

Vous qui me connaissez, ou qui commencez à me connaître un peu mieux au fil des semaines, vous savez que je ne pose pas de questions, non, aucune, sauf si la personne résume brièvement sa situation sans trop me livrer de détails.  A ce moment alors, je vais directement au fait, je suis comme connecté directement avec l’origine du problème…

D’aucun(e)s se demanderont où je veux en venir.  Je répondrais bien volontiers que simplement je me mets au service de celles et ceux qui sont en détresse.  Cela semble tout à fait logique puisque c’est ma vocation.  Alors, je m’interroge encore : ‘Pourquoi ‘mes confrères’ n’ont-ils pas la même conception du métier que moi ?’ Pour cela, je préfère que se soit vous qui répondiez…

Il y a quelques temps, je vous ai dit que le temps n’avait pas d’emprise sur mon travail ;  c’est la raison pour laquelle je peux ainsi, à distance, répondre véritablement à la détresse humaine de la manière la plus appropriée.  Il y a aussi un second aspect que je souhaite vous entretenir : c’est l’heure.  Je ne regarde jamais ma montre ;  je reste avec la personne que j’aide le temps nécessaire, et ce, surtout lorsque je réponds à quelqu’un en messagerie instantanée.  En prenant mon temps, je suis plus à même de développer tous les aspect du problème concerné.

Vous le savez fort bien, je n’exerce que ce ‘travail’ de thérapeute, donc il me serait agréable de pouvoir vivre  de l’aide que je vous procure, à l’instar de votre médecin, de votre spécialiste, de votre boulanger…  Il me semble qu’à la base, ce que je partage avec vous, dans l’espoir que vous puissiez allez mieux, est un échange.  Or, je m’aperçois que cet échange ne fonctionne pas… je vis pas de ces échanges au sens où la personne qui me contacte ne me rémunère pas, sauf si elle prend un rendez-vous en cabinet… ce qui n’est pas toujours le cas !

Je souhaite que vous mesuriez la portée de mes mots à quelques jours de Noël.  J’ai’ un don’, dont je vis, je me fais payer pour aider mon prochain, tout comme votre médecin.  J’accepte souvent d’aider dans un premier temps gratuitement mais la personne aidée même si elle n’a pas beaucoup de moyens peut, en contrepartie me proposer un échange, un ‘deal’, quelque chose qu’elle puisse offrir, autre que de l’argent… Si vous êtes en mesure de saisir cette nuance, je serai heureux d’en voir les effets immédiats.  Je sais que la vie n’est pas simple pour tout le monde et qu’il n’est pas normal de ‘travailler ‘pour la gloire…  De plus, je vous remercie aussi, lorsque vous sentez que vous avez besoin de mes services, de ne pas me ‘rémunérer en compliments’, même s’ils me font plaisir… car ces compliments ne me donnent pas la possibilité de manger !

Chacun(e) pourra, pour sa part, réfléchir sur le fait de se faire rémunérer pour ce genre de travail ; il est vrai que le débat a fait les beaux jours de  nombreux forums, blogs et sites web.

Personnellement, j’ai choisi de vivre de cette activité…  j’attends de mes client(e)s qu’il y ait un réel échange entre nous, à hauteur de l’aide que j’apporte lors de la prestation.   Ceci est surtout valable pour les personnes qui me contactent, sans demander un rendez-vous en mon cabinet à Grenoble…

De toute bonne foi, si vous jugez mes services à la hauteur de vos espérances, je ne serai que trop heureux que vous me recommandiez à vos amis et vos proches.  Je vous en remercie bien vivement !

Ainsi, je pourrai encore et toujours être à votre service comme il se doit… Je pourrai ainsi vous aider à redresser la tête, à vous aider à retrouver confiance en vous et…

Je vous laisse méditer ces quelques réflexions en votre coeur pendant que moi je continuerai de prier pour toutes les personnes qui croisent ma route et aussi pour celles qui ne peuvent me rencontrer en cabinet à Grenoble…

 Je vous souhaite une bonne journée, un bon week-end et une bonne semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>