Le miroir du temps

Bonsoir à toutes et à tous,

Nous voilà déjà au mois de février, avec les jours qui rallongent  et la lumière qui revient doucement.

J’ai remarqué que certain(e)s d’entre vous s’identifiaient, peut-être, à leur insu, à mes articles.    Je tiens à souligner que mes lettres ne sont uniquement qu’une piste de réflexion, de travail. Dans mes écrits, il y a, certes de la matière, mais il se peut que vous deviez  aller voir derrière les mots et formulations, quelque soit votre degré d’avancée sur le chemin de votre développement spirituel.   Par mes propos, parfois ardus, je ne tiens nullement à agresser ou à choquer quiconque…

Pour ce soir, vous avez la possibilité de lire ce texte comme une nouvelle ou bien de vous laisser bercer par la musique des mots.  Au cas où mes articles ou un thème vous gêneraient, à l’avenir, je vous demanderais de bien vouloir me le signifier.  N’oubliez pas, ce blog est un espace de partages,  de discussions,  d’écoute, ce blog est aussi le vôtre !

Je vous remercie de mettre ce précepte en pratique pour la bonne marche et la bonne compréhension de notre blog…

… Ce soir,  nous avons rendez-vous avec le miroir du temps… Qu’ y voyez-vous…?  Vous-mêmes, avez-vous des souvenirs liés à un miroir ?

En préambule, je vous invite tout d’abord à lire cet article.

A l’heure des solitudes, je ne saurai que vous dire, je me contenterai de fermer les yeux et je partirai vers un lointain futur ou vous ne pourrez plus me rattraper.

Le temps se sera arrêté ; il sera figé par les ‘regrets’ que les vents auront balayé comme d’un revers de main, ; ils seront si violents, que je ne serai déjà plus de ce monde.

Chacun(e), en son for intérieur, sait qu’il/elle devra partir. Ce sera alors le véritable mariage, l’union du corps et de l’esprit par le don de soi dans l’acte d’amour.

Ce sera aussi la Rencontre, l’Union, la Fusion, la Fécondité, la Création puis la Vie.

Ce sera cette Vie qui prend forme bien au delà de la matière.

Ce seront deux corps qui partagent leur amour, ce seront aussi deux âmes qui s’unissent.

Parce que l’amant  divin est esprit sans corps,

L’amant physique, un corps sans esprit,

L’amant spirituel possèdera esprit et corps.

Alors un grand bruit se fera entendre  dans le ciel et une voix prononcera ces paroles :

‘Il est parfois bon de reconnaître ceux qui nous suivent de vie en vie’.  L’épreuve engendre la Vie.

La compréhension fait que l’on maîtrise son évolution lorsque l’on a effectué tous les chemins  de la connaissance.  Tout ceci est la vérité, le possible et la vie, c’est ce qui rend l’homme différent.

Il est toutefois des vérités que l’on ne connaîtra jamais, et ce, même si l’on s’aventure au delà du voile de l’immortalité.

C’est la raison pour laquelle, personnellement, j’ouvre la bouche afin que le feu puisse se manifester, ce feu du souffle,  ce feu du Verbe,  ce  feu de l’Esprit.

Sur mes lèvres, posée par les anges,

Une goutte de rosée.

Ce n’est pas l’étoile du matin,

Ni même un songe,

Mais bien le bois percé,

Avec mon tareau.

Pour en faire une croix,

Je me dois,

D’être sans défaut,

Si je veux que l’on croit que les anges existent.

… Mais les lèvres de la Sagesse sont closes, excepté aux oreilles de la raison.

C’est une liberté extraordinaire que cette prière commencée sur les lèvres, parfois sur le bout des lèvres, mais elle finit par descendre dans le cœur.  Cela peut même prendre des mois.

C’est une brise soudaine qui caresse les pages d’un journal.  Telle est la source.  Mais ne savez-vous pas que le pardon de l’opprimé à l’oppresseur, c’est comme du sable jeté sur le feu.  Cela éteint le moteur de la souffrance. Il n’y a donc aucun élitisme à faire si l’on offre à quelqu’un une information sacrée et que celle-ci est reçue de façon sacrée.

Quelle joie !   La joie n’est pas l’absence de souffrance mais de doute et lorsque l’on s’aime, on se blesse chaque jour au contact du taro. Toutefois, je sais que la Torah me rendra libre par l’am ur de l’orat et, c’est par ce biais, que pourra naître l’aor.   Je n’ai donc pas besoin de voir la Roma éternelle parce que j’ai acquis ceci : Sil.Os.Uro.  C’est donc la raison pour laquelle la rosa ora est un saro ; c’est ainsi que je peux  me trouver devant vous en toute simplicité,  avec beaucoup d’humilité parce que j’ai vu passer  Azor : celui-ci était accompagné d’un enfant vêtu d’un habit royal.

Connaissez-vous la materia prima ? Elle est pourtant mise en œuvre sur le feu de la roue. C’est bien en regardant  dans une psyché, sans pour autant ressembler à Narcisse, que je rencontrai ces trois hommes.   Rappelez-vous tout de même de Lewis CARROLL car aujourd’hui je pense que derrière l’invisible, il y a le visible.

Cela je peux vous le démontrer.

A ce moment donné, je devais encore m’occuper de ces hommes qui m’attendaient sur le seuil du miroir.  J’avais encore la tête  embrumée car passer d’un endroit à un autre, d’un temps à  un autre, d’une dimension à une autre, je dois le dire, il fallait être solide et avoir les idées en place.

Lorsque je fus de l’autre côté, je compris que je n’étais plus moi-même, voire que j’étais devenu quelqu’un d’autre.   Certains vont arguer que tout cela ne sont que des histoires, et ils auront, certes, bien raison.   Par contre, en ce qui me concerne, je ne suis pas là pour spéculer sur ce genre des choses.  Simplement, je n’ai pour prétention que celle de vous conter, de vous raconter ce que j’ai vécu. C’est  bien cela  !  En effet, en un autre lieu, j’ai été  mis en contact avec ces trois personnes.   J’ai été même attendu  derrière la psyché par ces personnes débonnaires qui se présentèrent  ainsi en me serrant la main :

“Monsieur Valentin DUSSÉ, à votre service”,

“Monsieur Philippe De CASABONDE, s’il vous-plait”, et enfin

“Monsieur RAYMOND, pour vous conduire”.

J’avais l’air un peu emprunté d’être en présence de ces individus.   Je compris alors qu’il était le moment de me ressaisir et de savoir si tout cela n’était est pas une  illusion.

“Oh! je ne crois pas”  me dit Monsieur Philippe De CASABONDE,  “car touchez ceci cher ami, et vous verrez”.  J’effleurai l’objet que l’on me tendait,  et je vis que cet objet était plus vrai que nature.   L’objet en question était, en effet, une épée.   Ce n’était pas Excalibur,  non, toutefois, celle-ci  n’était  pas insignifiante.   Je vis un sourire sur les  lèvres de ce cher Philippe  De CASABONDE et je compris alors que ‘nous étions en pays conquis’. Monsieur RAYMOND prit à son tour la parole, et, me regardant dans les yeux, il me dit :

“Connaissez-vous l’Abbaye de Saint-Hilaire, celle qui prit le parti des Parfaits ” ?

Je levai la tête et je souris.  Monsieur RAYMOND continua :

“Saint-Hilaire est avec le chateau de Quéribus un haut lieu”.

Mais me direz-vous, pourquoi tout cela ? C’est parce  que la vieille carcasse sonne que l’heure des souvenirs lointains s’annonce.  En effet, il est temps que le monde revienne aux valeurs fondamentales.  Toutefois, avant, je voudrai vous dire qui je suis.

“J’ai quelques relations avec les comtes de Toulouse et aujourd’hui je suis là pour vous conduire.  Mais où, me direz-vous ?  Sur les terres des Parfaits” continua Monsieur RAYMOND.  “Le temps vient où le monde doit changer.  L’horloge du temps s’affole, nous arrivons près du but lui même.  Je dirai mieux, le temps s’accélère, il s’arrête parfois.  C’est pour cela que vous êtes arrivé jusqu’à nous”.

La simplicité d’une vie est un phare pour ceux qui sont dans la détresse. C’est par cette lumière qui sort du phare et qui éclaire l’océan des hommes, que le monde trouve le chemin de la véritable lumière.   C’est en faisant son propre chemin de Damas que l’on peut rencontrer son Christ intérieur, le pur Amour…

J’étais totalement présent, je buvais même ces paroles comme du petit lait tellement celles-ci vibraient en mon for intérieur.    C’est à ce moment précis que je compris les deux natures de l’homme.  Je les connaissais pourtant mais la parole ne s’était pas faite chair ; j’avais rencontré mon Messie.  Cela peut paraître singulier car j’avais peut-être déjà effectué mon chemin de Damas…  Avais-je trouvé la lumière qui mène au  Schéol ?  En tout cas, je me devais de ressusciter, de revenir à la vie.   Cela ne serait pas, je pense, sans difficulté, oh non !   En effet, je me devais  d’être  vigilant afin de ne pas me retrouver à Rome, comme Saint Paul.

Monsieur De CASABONDE me toucha l’épaule et je sentis comme un déclic, un déverrouillage, quelque chose qui se mettait en place.  Philippe me prit par le bras, accompagné des deux ‘Frères’ et m’emmena vers un endroit inconnu pour moi, mais fort symbolique.  Pour s’y rendre, il y avait une voiture qui nous attendait.  Nous nous dirigeâmes alors vers la montagne d’Alaric.  Je ne savais pas ce que j’y trouverai, mais du fond de ma mémoire un nom me parvint : ‘Rheadae’. Le voyage dura un long moment et nous arrivâmes au pied de cette  montagne ; c’est là que nous nous restaurâmes.

Cette visite n’était en fait que le début d’une aventure extraordinaire.   Toutefois, je ne peux encore vous dire ce qui se passa en ces lieux,  car pour cela, je devais me rendre dans un endroit bien précis pour que je sois à l’écoute du temps.

3 réflexions au sujet de “Le miroir du temps

  1. merci pour ce voyage dans cette région si chère à mon coeur. tous ces lieux où je suis allé maintes fois physiquement car par chez nous, on a toujours du sang cathare qui coule dans nos veines d’ailleurs “inquisition” est un terme à ne jamais employer si l’on ne veut pas se voir fermer la porte au nez. Dans ma ville on trouve le siège historique des R+C (je vois que tu abordes le carré magique de cette fraternité) et la présence dans les environs de nombreuses commanderies …cette région chargée en énergie propice à certains voyages initiatiques est mienne tant mon sang et cette terre ocre ne font qu’un. tu me trouveras de l’autre coté du miroir “parfait” comme nous le sommes tous par ici.

  2. Le véritable mariage, c’est l’union du corps et de l’esprit par le don de soi dans l’acte d’Amour. C’est la rencontre, l’union, la la fécondité, la création puis la VIE. Cette vie qui prend forme bien au delà de la matière

    je me sent chez moi ici

    merci
    domi ( mayanhotep)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>